Actualité

Théorie sur la relation des mots et du monde

Rogue avait tort lorsqu’il a suggéré que la Carte du Maraudeur était ” manifestement pleine de magie noire “, mais c’est vraiment un artefact remarquablement puissant et son fonctionnement n’est pas du tout évident. Comment fait-elle pour connaître votre nom, afin d’étiqueter votre point alors qu’elle vous suit à travers le château ? Pour le savoir, nous allons devoir commencer par le début, et comprendre ce que sont les noms, et comment ils fonctionnent. 

Qu’est-ce que la carte du maraudeur et comment fonctionne-t-elle ? 

C’est une carte qui montre tous les détails du château de Poudlard et de ses environs. Mais ce qui était vraiment remarquable, c’était les petits points d’encre qui se déplaçaient autour d’elle, chacun portant un nom en écriture minuscule. Abasourdi, Harry s’est penché sur la carte. Un point étiqueté dans le coin supérieur gauche indiquait que le professeur Dumbledore faisait les cent pas dans son bureau, que la chatte de la concierge, Mme Norris, rôdait au deuxième étage et que Peeves le poltergeist était en train de rebondir dans la salle des trophées. 

L’idée est assez simple : la carte du maraudeur est une carte de Poudlard qui révèle également l’emplacement de toutes les personnes présentes dans le château ou du moins, l’emplacement des personnes et de certains chats. Elle révèle votre position en plaçant un point sur la section de la carte qui correspond à l’endroit où vous vous trouvez dans le château, et en inscrivant votre nom sur ce point. Dans les livres, la carte n’a aucun mal à deviner le nom de chacun et à les étiqueter correctement. Mais comment fait-elle cela ? Comment connaît-elle nos noms ? 

Pour répondre à cette question, nous devons d’abord régler une question plus fondamentale concernant la relation entre les mots et le monde. Cette question peut sembler stupide, mais la réponse correcte fait l’objet d’une grande controverse : 

Quelle est la relation entre quelqu’un comme Harry Potter et son nom ” Harry Potter ” ? (Ou leurs noms, si, comme Alastor Maugrey, ils portent parfois un autre nom). 

Je pense que nous devrions commencer par faire une hypothèse commune aux philosophes du langage, à savoir que les noms désignent. En d’autres termes, les noms (du moins la plupart d’entre eux) entretiennent une relation particulière avec les choses du monde. C’est en raison de cette relation de désignation que les noms s’accrochent au monde. 

Cette hypothèse peut sembler évidente, mais tout le monde n’est pas d’accord. Avant de poursuivre, discutons d’une objection à cette hypothèse et de la raison pour laquelle nous allons tout de même nous y tenir.  

Certains philosophes, influencés par Ludwig Wittgenstein, ont soutenu que la réponse que nous avons donnée ci-dessus, et la métaphore évocatrice des mots qui s’accrochent au monde, est tout à fait erronée. L’objection est qu’au lieu de penser aux mots comme à des étiquettes qui se collent à divers objets, nous devrions penser aux mots, y compris aux noms, comme à des outils que nous utilisons pour faire des choses. À la page 78 de son ouvrage Philosophy of Language : A Contemporary Introduction (deuxième édition), William Lycan suggère que c’est là où Wittgenstein lui-même voulait en venir dans ses derniers travaux : 

Wittgenstein [a proposé] une autre analogie [dans les Investigations philosophiques] : Un maçon et son assistant n’utilisent que quatre types de pierres de construction. Ils parlent une petite langue primitive qui ne comporte que quatre mots correspondants : “bloc”, “pilier”, “dalle” et “poutre”. Ils construisent des choses, s’engageant dans leurs activités non linguistiques avec l’aide d’un certain type d’activité linguistique primitive : le constructeur dit “dalle” et l’assistant apporte une pierre de la forme appropriée. Maintenant, quelqu’un pourrait dire : “Bien sûr, ce mot “dalle” a une relation [de désignation] avec un bloc de cette forme, et sa signification est la proposition que l’assistant doit apporter un tel bloc au constructeur”. Mais selon Wittgenstein, ce serait passer à côté de l’essentiel. Dans ce petit jeu de langage primitif, le mot “dalle” a bien une fonction qui est manifestement liée aux blocs de cette forme, mais l’essentiel est la fonction et non la relation [de désignation]. Si le constructeur prononce le mot “dalle”, c’est simplement pour que l’assistant fasse quelque chose, pour déclencher conventionnellement (l’assistant ayant appris son métier) un modèle d’activité utile. L’activité implique effectivement des choses de cette forme, mais le but premier est de déclencher une action, pas de [désigner]. L’idée ici, en gros, est que les noms, et les mots en général, sont moins des étiquettes et plus des marteaux. Au lieu de se demander à quoi un nom est attaché, nous devrions nous demander à quoi un nom est utilisé. Dans l’exemple de Wittgenstein, les mots “bloc”, “pilier”, “dalle” et “poutre” sont utilisés pour que l’assistant récupère certains matériaux de construction. 

Selon ce type de théorie, les mots, en général, fonctionnent un peu comme les mots de sortilèges. Voici un exemple tiré de La Chambre des Secrets, juste après que Gilderoy Lockhart ait admis qu’il n’a fait aucune des choses courageuses qu’il prétendait faire dans ses livres : 

Il a sorti sa baguette et s’est tourné vers eux. 

“Je suis terriblement désolé, les garçons, mais je vais devoir vous mettre un charme de mémoire. Je ne peux pas vous laisser raconter mes secrets à tout le monde. Je ne vendrais plus jamais de livre…” 

Harry a atteint sa baguette juste à temps. Lockhart avait à peine levé la sienne que Harry hurlait : “Expelliarmus !”. 

Cela n’a pas beaucoup de sens de se demander ce que “Expelliarmus” désignait ici. Il ne désignait rien du tout. Il a été utilisé par Harry pour désarmer Lockhart.

Aussi séduisante que soit cette théorie des mots comme outils, elle présente de réels problèmes. En voici un : 

Regardez à nouveau comment nous avons parlé du cas “Expelliarmus” : nous avons dit que “cela ne semble pas avoir beaucoup de sens de demander ce que “Expelliarmus” désigne ici.” Cela ne semble pas avoir beaucoup de sens de demander ce que “Expelliarmus” a désigné dans ce contexte, mais cela a du sens de demander ce que “Expelliarmus” désigne en général. 

 En général, “Expelliarmus” désigne Expelliarmus. “Expelliarmus” est le nom d’un sort. Quand on utilise le mot “Expelliarmus”, on ne l’utilise pas toujours pour lancer un sort. Parfois, nous voulons simplement parler du sort, comme le font Harry et Zacharias Smith lors de la première réunion de l’Armée de Dumbledore : 

 “Bon,” dit Harry, […] “On va s’entraîner, alors ? Je me disais que la première chose qu’on devrait faire, c’est Expelliarmus, tu sais, le charme de désarmement. Je sais que c’est assez basique mais je l’ai trouvé très utile…” 

“Oh, je t’en prie”, dit Zacharias Smith en roulant des yeux et en croisant les bras. “Je ne pense pas que l’Expelliarmus va nous aider contre Vous-Savez-Qui, si ?” 

” Je l’ai utilisé contre lui “, dit Harry à voix basse. “Ça m’a sauvé la vie en juin “. 

 Je pense que la bonne conclusion à tirer ici est que, si “Expelliarmus” désigne Expelliarmus, nous n’utilisons pas toujours “Expelliarmus” pour parler d’Expelliarmus. Parfois, comme nous l’avons vu, nous l’utilisons pour lancer le sort. Ce n’est pas parce qu’un mot désigne une certaine chose qu’on ne peut pas l’utiliser pour faire autre chose que parler de ce qu’il désigne. C’est ce que fait Malefoy dans le Prisonnier d’Azkaban : 

“Eh bien, regardez qui voilà”, dit Malefoy avec son habituelle voix traînante, en tirant la porte du compartiment. “Potty et la fouine.” 

Je ne suis pas sûr de ce que “Potty” désigne, mais ce n’est pas Harry. Et ” la fouine ” ne désigne pas Ron. De nombreux philosophes du langage pensent que le déterminant ” la ” signifie que ” la fouine ” ne peut désigner que l’unique fouine, et ne désigne donc rien dans un monde où les fouines sont nombreuses, comme celui de Harry Potter. Mais Malefoy utilise néanmoins “Potty” pour parler de Harry et utilise “la fouine” pour parler de Ron. Introduisons un autre élément de langage technique et disons que si ” Potty ” ne désigne pas Harry, Malefoy l’utilise, dans ce contexte, pour faire référence à Harry. Le contexte est important pour faire référence, mais pas pour désigner. Si ” Harry Potter ” désigne Harry Potter, il le fait tout le temps, que quelqu’un utilise ce nom ou non. Mais Malefoy doit se trouver dans le bon type de situation pour faire référence à Harry en utilisant ” Potty “. En fait, il doit se trouver dans une situation où ses interlocuteurs se rendent compte qu’il utilise ” Potty ” comme s’il s’agissait d’un nom pour Harry. Voici comment Kent Bach le décrit à la page 518 de ” Que faut-il faire pour être référencé ? ” dans l’Oxford Handbook of Philosophy of Language : 

La référence au locuteur est une relation à quatre places entre un locuteur, une expression, un public et un référent : vous utilisez une expression pour référer quelqu’un à quelque chose. 

La différence entre désignation et référence sera importante plus tard, mais l’intérêt de l’évoquer maintenant est de montrer que si la théorie des mots-outils a raison de dire que nous utilisons les mots à des fins différentes dans des contextes différents, cela ne signifie pas que nous devions penser que les mots ne désignent jamais rien. 

Il existe d’autres objections à la théorie des mots-outils. L’une d’entre elles est que, bien qu’elle puisse être vraie pour certains mots et peut-être même certaines phrases, elle n’est pas vraie en général ; certains mots et phrases peuvent être des outils, mais d’autres non. Nous nous intéressons aux noms pour l’instant, et ce sont les noms qui semblent le moins ressembler à des outils ; ils ressemblent davantage à des étiquettes ou à des balises. (Et cette objection pourrait être poussée un peu plus loin : les étiquettes ne sont-elles pas finalement une sorte d’outil ? Même si tous les mots sont des outils, cela exclut-il vraiment les mots qui sont destinés à être utilisés comme des étiquettes) ? 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.